Sur le Moure de la Gardille à la recherche des Sources de l'Allier entre La Bastide Puylaurent, Le Cheylard l'Evêque et Chasseradès sur le Chemin Stevenson GR70.

 

A la recherche des sources de l'Allier

L'Allier à La Bastide-PuylaurentUn sommet culminant à 1503 m, que l'on peut situer " au Sud du Cheylard l'Evêque ", ou bien " à l'Ouest de La Bastide-Puylaurent", trois petites localités qu'on rejoint depuis Langogne. Merci monsieur l'érudit. 200.000 visiteurs par an, dit-on, sur le parking-marché forain du Gerbier, quelques dizaines peut- être à la source du Moure de la Gardille. Vexant. Bien sûr l'Allier n'a pas le prestige du "plus long fleuve de France", du "fleuve des Rois", mais, en égard à la longueur et au volume respectifs de deux cours d'eau, à l'aval de Nevers, certains - en Limagne surtout - posent la question de savoir lequel est le fleuve, lequel l'affluent... Les géographes ont tranché, même si les saumons, eux pensent différemment, qui bifurquent toujours à droite au bec d'Allier, à 400 km des sources.

Concernant ces dernières, si injustice il y a quant à leur notoriété, elle tient aussi à un problème d'accès : alors que quatre routes goudronnées convergent au Gerbier, seules quelques pistes forestières et sentiers dans la bruyère permettent d'accéder au Moure.

Randonnée autour de La Bastide-Puylaurent en LozèreIci c'est le domaine des randonneurs en tout genre, des chasseurs et des cueilleurs : un no man's land grandiose incluant les 10.000 hectares d'immense forêt de l'ancienne abbaye de Mercoire, un relief assez mou avec une ligne de crête interminable et panoramique, parcourue par le GR7, le sentier de grande randonnée Vosges - Pyrénées, parmi les plus célèbres de France.

Du sommet du Moure de la Gardille, la vue est exceptionnelle: au Nord et à l'Est on distingue le Mézenc, la Haute Ardèche, le lac de Charpal, au Sud deux chaînons parallèles : le Goulet au premier plan, les crêtes du Lozère qui barrent la ligne d'horizon. Nous sommes sur la pointe du toit de la France: à 1500 mètres de la source de l'Allier, celle du Chassezac, qui apporte ses eaux au Rhône, et sur un revers de la montagne du Goulet, celle du Lot, qui rejoindra... la Garonne.

La Source ou les Sources ?

La Bastide-Puylaurent en LozèreCe panorama justifierait à lui seul la balade (à n'entreprendre que par grand beau temps), mais aujourd'hui notre objectif, c'est la source. Nous voulons découvrir ce premier filet d'eau de l'Allier, et le boire comme on boit la Loire en s'éclaboussant au tuyau d'un " bachat " dans l'étable du Gerbier.

On a pris la carte au 25.000ème, l'excellent topoguide Chamina " vallée et gorges de l'Allier " (étape n° 11), sollicité pour nous accompagner un bon copain, expert en topographie-orientation, et nous voilà chevauchant nos VTT dans la pente au-dessus de La Bastide-Puylaurent.

Trois cents mètres plus haut c'est la piste de crête qu'on va suivre jusqu'au Moure de la Gardille. On s'en met plein les mirettes, et on croise en chemin une trentaine de marcheurs accompagnés de trois ânes de bât.

A la " patte d'oie " du point 5 du topoguide, au pied même du Moure, la flèche annoncée est bien là, modeste planche de pin gravée, indiquant la direction de la source, à 150 m "hors circuit", versant Chasseradès. On ira à pieds car dès la première pente, la montagne se plisse en un semblant de ravine, qui s'enfonce sous la voûte sombre de la hêtraie. On marche dans l'ouate d'un tapis de feuilles mortes, l'oeil aux aguets. Soudain, au creux du thalweg, un minuscule cairn en pierres sèches - 50 cm de haut tout au plus - et sous le caillou de base formant voûte, un filet d'eau, et une nappe de la taille d'une bassine. Le soleil danse dans l'eau et tremblote à travers les feuilles des hêtres agitées par le vent : c'est beau un Allier nouveau-né.

La Bastide-Puylaurent en LozèreMais est-ce bien notre source ? Sur le topoguide figure la photo d'une jolie plaque émaillée censée avoir été installée ici pour commémorer l'aventure insolite de trois jeunes Langeadois qui, en 1992 remontèrent en 12 jours l'Allier à pieds, de Langeac "à ses sources".

Ce pluriel nous intrigue, mais avec les fleuves il faut s'y faire: qu'il s'agisse de la Loire, du Nil ou du Mékong, il y a toujours eu des polémiques. Nous, on se serait passé de ce genre d'embrouille, mais ici pas trace de la plaque. Par contre, sur le tronc d'un hêtre, peint du même jaune que les balises du sentier d'accès, la mention ALLIR, pas Allier, Allir. Graphie patoisante ou faute d'orthographe ?

Réfléchissons. De toutes celles qui figurent avec un minuscule rond bleu sur la carte IGN, à côté de la mention " Sources de l'Allier ", celle-ci, que nous localisons entre les courbes de niveau 1440 et 1450, semble la plus élevée en altitude, et donc, pour nous, la vraie. A-t-on posé la plaque près d'une autre source, plus abondante mais moins élevée, ou bien dans un endroit plus accessible ? Pour en avoir le coeur net, on enfourche les vélos, direction Chasseradès, 7 km de descente avant de franchir la vallée à 1216 m : au " pont de l'Allier ", premier du nom sur l'Allier, ici devenu ruisselet: c'est clair sur la carte. Remontée sur Chasseradès et visite directe à M. le maire qui tient un hôtel à l'entrée du village.

La Bastide-Puylaurent en LozèreS'il y a eu pose de plaque il y a eu inauguration, et le maire devait en être. En effet, il y était, en 1995, nous dit-il, avec des représentants du SMAT, dont le président Guy Vissac. Re-consultation de la carte: c'est là, dans une des courbes de niveau qui se resserrent et se bousculent, signe de forte pente, il y a un petit barrage en maçonnerie et la piste d'accès est presque carrossable. Mais c'est bien plus bas, 1300 m environ, que " notre " source se situe.

Jeu de Piste.
Dès la sortie de Chasseradès, planté de guingois sur l'avancée d'un toit, enfin un panneau, un vrai, comme neuf, avec le logo de Chamina: circuit PR (petite randonnée) des sources de l'Allier, 12 km, 4 heures, balisage vert, niveau VTT: facile. On brûle, on tient notre plaque !

Pauvres de nous. Le balisage devient vite symbolique, puis carrément fantaisiste. Une flèche " sources de l'Allier " au bleu un peu suspect puis un panneau jaune " PR " nous conduisent dans une impasse au milieu des bois. Un autre chemin remonte jusqu'au Moure, là où nous étions ce matin. Retour au carrefour de la pancarte bleue. On lui désobéit et on prend à droite. C'est le bon plan : 500 m... après le carrefour, nouvelle flèche, cette fois vert et blanc, ficelée sur un piquet de clôture : "sources de l'Allier".

Encore un kilomètre, cette fois ça y est, voila le petit barrage en ciment de M. le maire, le premier bien entendu sur l'Allier. La plaque on la tient, on prépare l'appareil photo.

Philippe Papadimitriou à la guitare dans l'Oklahoma USADéception: si elle est toujours là, elle est bien planquée; après cinq minutes de vaines recherches, on abandonne; retour chez M. le maire, cette fois dans l'idée de boire une bière bien méritée. On a pris le parti d'en rire, l'excellent homme aussi: après tout, la plaque c'est anecdotique. Mais il va se renseigner: peut-être a-t-elle été volée ? On se console vite en réalisant que, là où la plaque devait être, relativement accessible, c'est à coup sûr l'Allier, d'ailleurs capté (déjà !) à cet endroit, mais sûrement pas " la " source. Celle-là il faut aller la chercher plus haut, dans le chevelu de tous ces rus qui convergent vers l'Allier.

Un Sage Grec.
Et puis au diable la plaque. Notre bilan n'est pas si nul: 50 km au compteur d'un étonnant jeu de pistes jalonné de flèches en tous genres et de toutes couleurs, des paysages sublimes, une source trouvée, qui en vaut bien une autre, un joli coup de soleil. Une journée finalement très positive, d'autant qu'on va la prolonger agréablement en compagnie de deux randonneuses rencontrées en terrasse : elles font le " Chemin Stevenson GR 70" du Monastier sur Gazeille à Saint-Jean-du-Gard, et nous disent tout le bien qu'elles pensent des deux derniers gîtes d'étape, celui du Cheylard l'Evêque et celui de La Bastide-Puylaurent.

Ici le patron leur a fait forte impression: moitié grec, moitié belge, chanteur, guitariste, pianiste à ses heures, sur la route à 14 ans, il a bourlingué en Australie, orpaillé en Californie, traversé la France à cheval...

Un cowboy moderne, lozérien du 15/05 au 15/09 (période d'ouverture de "L'Etoile"), Philippe Papadimitriou se flatte de n'avoir lu que cinq livres dans sa vie. Un gars "de terrain" qui va certainement nous renseigner sur la source. On s'arrête chez lui sur le chemin du retour. Le géant nous dévisage de ses grands yeux clairs étonnés. La source de l'Allier ? Si je la connais ? Non, mais quelle importance?

En effet. Bien vu le Grec. Le filet d'eau là haut sous les hêtres nous suffit. La vraie, la géographique, l'authentique, l'officielle, la véritable, on s'en fout. Le soleil brille, la Lozère est superbe, la vie est belle !

L'Etoile à La Bastide-Puylaurent en Lozère

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.