La Bastide-Puylaurent où la construction de la future ligne de chemin de fer, la Translozérienne, requérait un nombre conséquent de main-d'œuvre. Grands travaux de ce XIX' siècle, le premier projet de cette ligne reliant Le Puy-en-Velay à Nîmes.

 

La Translozérienne à La Bastide-Puylaurent

La Translozérienne à La Bastide-Puylaurent en LozèreLe Fernand, peu enclin au travail agricole et quelque peu désespéré, avait décidé à son tour de déserter cette contrée difficile. Il s'en était allé en silence, un matin de janvier de cette année, au moment où l'aube dénoue les insomnies. Mal chaussé, par des chemins peu sécurisés et difficilement praticables, il s'était rendu à La Bastide-Puylaurent où la construction de la future ligne de chemin de fer, la « Translozérienne », requérait un nombre conséquent de main-d'œuvre. Grands travaux de ce XIX' siècle, le premier projet de cette ligne reliant Le Puy-en-Velay à Nîmes, desservant Grandrieu, Rieutort-de-Randon, Mende et Florac, rencontra des fortunes diverses.

La Translozérienne à La Bastide-Puylaurent en LozèrePrésenté en première lecture dès 1855 par le préfet de la Lozère, il était tout simplement refusé par la commission d'étude sous la pression personnelle du président Napoléon III. Heureusement, quelque peu remanié, le second programme constitua, lui, le projet définitif, malgré une opposition impulsive venue principalement de l'Ardèche, département voisin. Ces maintes réticences dépassées et avec toute l'influence de monsieur Talabot, futur directeur général de « PLM » ainsi que monsieur Théophile Roussel, alors député de la Lozère, le dessein semblait finalement accepté et le 19 juin 1857 le gouvernement déclarait la ligne d'utilité publique.

Depuis, sur le terrain, le travail s'avérait titanesque, particulièrement pénible et dangereux. Déjà, l'objectif avait été endeuillé plusieurs fois, mais envers et contre tout le chantier progressait, lentement, certes, étant bien entendu que l'abandon ne figurait pas dans le texte paraphé. La construction était bel et bien lancée. Pourtant, les difficultés s'accumulaient, des obstacles aussi considérables qu'imprévus, bien cachés par la nature, se présentèrent aux ingénieurs, risquant à tout instant de décourager la masse ouvrière.

Le tracé et le profil de cette ligne ferroviaire nécessitèrent obligatoirement les percements d'un grand nombre de tunnels et la construction de gigantesques oeuvres d'art, comme des viaducs, dont certains semblaient voisiner avec le ciel du haut de leurs quatre-vingts mètres. Jean-Baptiste avait été en cela particulièrement informé par un colporteur venu de Langogne proposer des accessoires vestimentaires. Si ce commerçant se montra âpre en affaires, il ne fut pas avare d'informations. Profitant de l'hospitalité acquise durant toute une fin d'après-midi et après quelques vétilles sans grande importance, il détailla intelligiblement l'incroyable entreprise et l'ampleur des chantiers à travers la Lozère. Il présentait les sites choisis comme rudes et sauvages, diaboliques d'accès, choisissant afin d'illustrer ses propos une vallée profonde, très encaissée, sillonnant au pied du « Grattassac » formé de schiste déchiqueté résultant d'érosions millénaires.

La Translozérienne à La Bastide-Puylaurent en LozèreJean-Baptiste testa longuement la véracité du commentaire du colporteur et alors, et alors seulement, il s'intéressa réellement au déroulement de cette actualité. Mais si ces endroits demeurent si escarpés, comment comptent-ils traverser cette montagne ? l'interrogeait-il. J'y viens ! Elle sera finalement franchie cette cime, par un tunnel de sept cents mètres de long et, ainsi, les futurs trains passeront de la vallée de l'Allier à celle de l'Altier en évitant les hauts sommets. Le marchand s'attarda plus largement sur le passage dans la vallée du Chassezac. Véritable merveille pour les yeux, un lieu où certainement Dieu créa la beauté ! ajoutait-il avant de poursuivre son exposé technique sur le forage du tunnel de l'Albespeyres (Prévenchères).

Vous rendez-vous compte, monsieur? appuyait-il. La future voie ferrée empruntera mille cinq cent vingt mètres de galerie, sous cette montagne extrêmement coriace à vaincre. Une opération, clamait-il, pharaonique, dans un granit d'une inimaginable résistance. Quand vous pensez ! précisait-il, à la manière d'un éminent technicien. Que l'avance par attaque se résume seulement à vingt centimètres par jour. De plus ! continuait-il, semblant intarissable sur le sujet. En raison de risques flagrants d'asphyxie pour les chauffeurs et les mécaniciens présents sur le chantier, il est actuellement envisagé de construire une usine de ventilation à l'entrée du souterrain, une innovation en la matière.

La Translozérienne à La Bastide-Puylaurent en LozèreJean-Baptiste s'égarait dans ce récit, surpris par tant de connaissances développées dans l'exposé. Il tentait désespérément d'assimiler ces termes barbares, inconnus jusque-là de son propre vocabulaire. Seulement, à cause d'une certaine fierté, il tentait de dissimuler ses carences scientifiques. Il chercha et trouva une question appropriée. Mais combien cette ligne nécessitera-telle de pareilles infrastructures ? Environ une dizaine de tunnels d'importance variable entre La Bastide-Puylaurent et Concoules, complétés par quatre ou cinq viaducs, employant pour le seul secteur de Villefort, plus de deux mille cinq cents ouvriers. C'est grandiose, extraordinaire ! s'exclamait Jean-Baptiste, feignant l'enthousiasme.

La Translozérienne à La Bastide-Puylaurent en LozèreMais combien ces travaux vont-ils coûter ? Une fortune, certainement ? Effectivement ! Le coût de cet énorme chantier nous paraîtra sûrement démesuré. Quoi qu'il en soit, les sommes engagées dans cette réalisation nous dépassent. Par exemple, huit cent mille francs-or approximativement pour la construction du viaduc sur l'Altier, deux fois moins onéreux que celui construit à Chamborigaud et pourtant ces sommes peuvent paraître modiques à côté des deux millions de francs-or destinés à l'achèvement du tunnel de l'Albespeyres. Eh bien ! réagissait Jean-Baptiste, abasourdi à l'énoncé de telles sommes. (Il s'accorda à cet effet un moment de réflexion, afin de remettre à l'heure dans son esprit l'horloge des valeurs :) Ce sont vraiment des fortunes colossales ! admettait-il. Cela ne m'étonne plus que notre cher député, Théophile Roussel, adresse de si chaleureux remerciements au président Louis Napoléon.

Il se saisit du journal nonchalamment posé sur la table. Tenez ! Lisez vous-même ! Là ! En première page ! insistait Jean-Baptiste en tendant la brochure à son interlocuteur. J'ai gardé scrupuleusement l'exemplaire, car il faut vous dire qu'ici intercepter une publication locale relève du même exploit que semer de l'orge sur le mont Lozère. Le colporteur chaussa des verres épais sur son proéminent nez coloré de rose violacé et lut sans hésiter l'article à haute voix. « Courrier adressé par Théophile Roussel, député de la Lozère, au Président Louis Napoléon Bonaparte. Extrait du "Moniteur de la Lozère" Sire, en ordonnant la mise à exécution de la loi du 19 juin 1857, vous avez daigné porter les yeux sur cette contrée, intéressante mais trop souvent oubliée. En la rattachant au réseau du chemin de fer, vous lui avez donné une vie nouvelle. » Chronique d’une époque. Par Serge Durie. Société des Ecrivains.

L'Etoile à La Bastide-Puylaurent en Lozère

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.